La “glissade” de l’AFP transforme des mouvements subversifs en Algérie en “organisations fréquentables”

0
89
La "glissade" de l'AFP transforme des mouvements subversifs en Algérie en "organisations fréquentables"

La “glissade” de l’Agence de presse française AFP qui a “transformé des mouvements subversifs, tels que le MAK et Rachad, en organisations fréquentables, voire pro-démocratiques” a été qualifiée de “lamentable” par un site d’information algérien.

“Il est lamentable de constater ce jeu malsain d’une agence de la stature de l’AFP, qui a ouvert son fil à un responsable d’un mouvement séparatiste qui tente de porter atteinte à l’unité nationale d’un pays souverain et qui s’est permis de recourir à un genre de pratiques journalistiques qu’elle se dit pourtant bannir de son guide de bonnes pratiques éditoriales, à savoir le commentaire, pour transformer des mouvements subversifs, tels que le MAK et Rachad, en organisations fréquentables, voire ‘pro-démocratie’ “, est-il relevé dans une tribune, sous le titre “Le dérapage de l’AFP”, publiée dans ce site (levenement-dz.com). Dans cette tribune, il est relevé que “les desseins de l’AFP, à travers ce commentaire, deviennent plus visibles”, ajoutant qu’il est “clair” que pour cette Agence d’information “les mouvements comme le MAK, qui affiche son caractère séparatiste et l’organisation islamiste Rachad, héritière du parti ayant plongé l’Algérie dans le sang durant plus d’une décennie, sont des mouvements pro-démocratie”.

Ainsi, l’auteur de cette tribune a fait observer que “la France, qui a usé, le long du siècle passé, des moyens les plus répressifs contre les mouvements séparatistes, dont en particulier les partis indépendantistes basques et corses ainsi que le Front de l’indépendance Kanak, et qui continue à fermer tous les espaces devant les mouvements autonomistes, trouve, à travers son agence de presse, le mouvement séparatiste ‘MAK’, qu’elle abrite à Paris, un mouvement pro-démocratie”.

Et d’ajouter que l’AFP “qui se tait devant la répression féroce qui s’abat sur les citoyens sahraouis dans les villes occupées par une monarchie qui se permet tous les dépassements dans ces territoires non-autonomes, sous la haute protection de l’Elysée et fait tout pour continuer à passer sous silence la répression foudroyante qui a frappé le Hirak du Rif, et la torture abjecte pratiquée à grande échelle contre les militants de cette région frondeuse du Maroc et le mouvement de libération sahraoui, essaye de suggérer que l’organisation séparatiste ‘MAK’ est fréquentable et dont la littérature politique peut être normalement relayée”.

A travers la reprise de “larges extraits” des propos du premier responsable de cette organisation séparatiste basée à Paris, l’AFP ne cache pas sa sympathie pour un mouvement séparatiste”, lit-on encore dans cette tribune, relevant que lorsqu’il s’agit “d’organisations politiques indépendantistes basques ou corses, la majorité des médias français ne tergiversent pas sur les termes pour les nommer, quitte à les qualifier de terroristes”.

“L’AFP ne s’est pas contentée dans sa dépêche intitulée ‘Le mouvement Kabyle MAK réfute tout projet d’attentat’, de reprendre les propos de son responsable, elle s’est même permis ce qu’elle prétend bannir dans sa pratique du journalisme agencier, à savoir le commentaire”, est-il encore relevé.

En usant de l’expression “régime, dont le pilier est l’armée”, qui serait, selon cette dépêche, tenté de “discréditer le mouvement pro-démocratie, de retour dans la rue depuis la fin février dernier”, l’AFP glisse subrepticement dans le dénigrement des autorités algériennes et de l’ANP, garante de la sécurité et de la stabilité du pays.