Covid-19 : L’Algérie n’est pas la poubelle de la France

0
115
Covid-19 : L’Algérie n’est pas la poubelle de la France

Les tergiversations pour accélérer la campagne de vaccination, nous renseigne sur les intentions de certains responsables chargés du dossier de la lutte contre la pandémie du Covid-19.

Premièrement, ces responsables ont attendu presque une année pour faire des commandes, c’est-à-dire, jusqu’à l’instruction ferme du président annoncée lors de son retour d’Allemagne, après son hospitalisation, au moment où de nombreux pays avaient vacciné leurs populations.
Les responsables de cette situation, obstinés à coller tout sur le dos des citoyens et cette histoire de relâchement, persistent dans un attentisme préjudiciable par   la suite. Ces mêmes responsables comptent vraisemblablement opter pour le vaccin Astra Zeneca, dont 67% des français le refusent, et qu’on veut nous larguer.

La lenteur dans le lancement de la production locale du vaccin russe Spoutnik V, par le biais de l’opérateur public Saidal, au profit de l’importation du vaccin auprès des laboratoires étrangers, est un signe révélateur de ce stratagème qui nuit à l’intérêt du pays.

Le vaccin russe Spoutnik V a déjà prouvé son efficacité et sa sécurité, notamment contre les souches les plus contagieuses du virus. A ce jour, notre produit est enregistré dans 60 pays, y compris certains pays de l’UE (Autriche, Slovaquie, Hongrie) malgré l’opposition de la France pris en otage par l’idéologie destructrice d’antirusse et par cette soumission aux intérêts des lobbys pharmaceutiques.

Et là, il faut mettre en évidence cet acharnement du président français Emmanuel Macron et son chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian qui qualifie le vaccin russe Spoutnik V, d’instrument de propagande

Même si la Russie n’impose son vaccin à personne, il n’en demeure que de nombreux pays occidentaux se sont mis à, l’évidence que le vaccin russe a prouvé son efficacité, et que les spéculations politiques ne tiennent pas la route face à la santé et du bien-être des citoyens.

Dernièrement, le maire de Nice Christian Estrosi a écrit à Sergei Lavrov, chef de la diplomatie russe, lui demandant de contribuer à la livraison du vaccin russe Spoutnik V pour sa ville très affectée par la pandémie du Covid-19

Alors pourquoi cette même France adopte-t-elle la pratique d’ignorer de tels faits pour inventer constamment des mythes ? Nous recevons de telles demandes locales également de la part d’autres pays membres de l’UE, indique Lavrov.

Selon ce dernier ;la guerre a été déclenchée par ceux qui interdisent ou empêchent les fournitures de notre produit, en réponse aux déclarations de Macron qui avait évoqué une « guerre mondiale d’un nouveau type » et de tentatives d’ »exercer de l’influence » par le biais des vaccins

PARTAGER