Nadil Rachid à la radio : « trois des neufs projets de raffineries de lubrifiants , opérationnelles »

0
99
Nadil Rachid à la radio : « trois des neufs projets de raffineries de lubrifiants , opérationnelles »

« Trois raffineries de lubrifiants sont prêtes à produire après achèvement des travaux de construction », a annoncé dimanche le président de l’autorité de régulation des hydrocarbures, ajoutant que « Sonatrach est apte désormais à honorer la demande du marché national en lubrifiants avec une capacité de production de 4 millions de tonnes annuellement».

M. Nadil Rachid a toutefois laissé entendre que le retrait du super (essence) des stations service est du à la baisse de consommation du carburant à l’échelle nationale à cause de la pandémie du coronavirus.

L’invité de la rédaction de la chaine 1, de la Radio Algérienne, a fait savoir qu’« en outre des trois raffineries opérantes, six autres projets sont en cours de réalisation », estimant que le taux de consommation nationale varie entre 160 et 180 mille tonnes. Ce plafond de production, déplore-t-il,  constitue un danger pour l’environnement.

M. Nadil suggère de recycler les huiles utilisées pour leur intérêt économique d’autant que le processus peut-être « générateur de postes emploi ».

S’exprimant sur le retrait du « super » des stations de pompage, l’orateur a indiqué que l’opération de nettoyage des réservoire du carburant en prévision de l’arrêt définitif de l’emploi du plomb est toujours en cours.

« Le parachèvement de cette opération  est prévue en juillet prochain », a-t-il annoncé, indiquant que ce retard sur le calendrier prétabli pour début 2021 est du à la pandémie du coronavirus induisant une baisse sensible de la consommation dudit carburant.

Liquéfaction du gaz

M. Nadil révélé l’existance d’un partenariat algéro-polonais permettant de produire les équipements de liquéfaction du gaz pour les camions, automobiles et engins roulant au diesel. Ce partenariat a permis de réduire de 40% le prix de ce produit.

S’agissant de l’absence des stations services couvrant les zones lointaines, l’invité reconnaitra que le nombre de 2800 stations services éparpillées sur une étendue vaste comme celle de l’Algérie reste de loin insuffisant, invitant les Algériens à s’investir dans ce créneau pour améliorer la donne notamment la couverture au grand sud.