Sahara Occidental: L’alliance du Makhzen avec les relais terroristes d’Al Karama et Rachad, révélés

0
408
Un financier du terrorisme international à la tête d'Al Karama

Les derniers développements survenus dans la région du Maghreb et de la Méditerranée occidentale, dévoilent au grand jour l’alliance entre le Makhzen et les relais terroristes représentés par la nébuleuse terroriste de Rachad et l’ONG qatarie d’Al Karama, établie en terre helvétique, financée par le terroriste Abderrahmane Al Nuaimi, dont Mourad Dhina est membre très actif.
Battu sur la scène algérienne sur le dossier de récupération du Hirak, et du dénigrement de l’ANP, via la fabrication de certaines affaires dites de tortures ou de répression policière, et de la mobilisation de faux profils sur les réseaux sociaux, Al Karama, Rachad et El Makhzen, se rabattent sur le dossier de l’hospitalisation du président sahraoui Brahim Ghali, en tentant de l’accuser de crimes contre l’humanité, en usant de leurs ramifications d’ONG espagnoles acquises à la cause de sa Majesté.

Pour arriver à leurs fins, ce conglomérat représenté par un régime expansionniste, à la solde du sionisme et ses alliés printanistes au service du démantèlement des États-Nations, comme la Libye et la Syrie, n’ont trouvé  mieux que d’évoquer le cas d’un prétendu activiste de droit de l’homme appelé Fadel Breica, qui aurait déposé plainte contre l’Algérie au nom du Groupe de Travail des Nations-Unies sur le Détention Arbitraire (GTDA/ONU)

Et étrangement, c’est l’ONG Al Karama, liée au terrorisme international qui se charge de ce dossier, sachant que cette même ONG, ne s’est jamais prononcée pour ce qui est des détenus politiques sahraouis de Gdeim Izik, qui croupissent dans les geôles du l’occupant marocain, depuis plus d’une décennie, dont le plus célèbre est Naama Asfari, dont l’épouse Claude Mangin est réfoulée des aéroports marocains à plusieurs reprises et qu’elle n’arrivait pas à rendre visite à son époux qui observait une grève de la faim.
La même Claude Mangin, qui ne cesse de mobiliser l’opinion publique française et internationale pour la libération de Naama Asfari. Oseront les Rachad et Al Karama à défendre les détenus de Gdeim Izik ? Certainement pas, puisque ces organisations sont liées aux crimes civils en Algérie, Libye, Syrie et autres pays

La fausse carte des réfugiés sahraouis de Tindouf

S’attaquer à l’Algérie, via le dossier des réfugiés sahraouis de Tindouf, n’a jamais abouti, de l’avis de la quasi-totalité des organisations internationales liées aux dossiers  du respect des droits de l’homme comme le Haut -Commissariat International des Réfugiés HCIR, ou d’importantes personnalités internationales, comme l’ancien envoyé du SG de l’ONU, Christopher Ross, ou l’ancien SG de l’ONU, le sud-coréen Ban KI Moon, ou la Fondation Kennedy, qui se sont rendus sur les lieux pour constater de visu la prise en charge des réfugiés sahraouis par l’Algérie, depuis l’occupation illégale du Sahara Occidental par le Makhzen. Une position qui n’est pas étrangère à l’Algérie, qui forte de son expérience révolutionnaire, ne pourrait jamais faillir à sa mission d’un pays hospitalier, et solidaire avec les causes justes.

L’ancien SG de l’ONU, Ban Ki Moon en visite dans les camps des réfugiés sahraouis à Tindouf

 L’implication du Maroc dans l’enlèvement des ONG espagnoles des camps des réfugiés sahraouis

Aujourd’hui, il est clair que le Makhzen avait joué un rôle important dans l’enlèvement de trois humanitaires, Aino Fernadez Coin, de nationalité espagnole, membre de l’association des amis du peuple sahraoui en Estrémadure (Espagne), Enrico Gonyalons, de nationalité espagnole, membre de l’ONG espagnole MUNUPAT, et Rossella Urru, une italienne, membre de l’ONG italienne CCISPP, avaient été enlevés dans la nuit du 22 au 23 octobre 2011.

Le scandale des migrants dévoile le vrai visage du Makhzen

Après ses brouilles avec l’Allemagne dans le sillage de l’opposant marocain Mohamed Hadjib incarcéré et torturé au Maroc pendant 7 ans, puis l’Espagne, au sujet de l’hospitalisation du président sahraoui Brahim Ghali, qui s’assoit à côté du monarque marocain lors du sommet de l’Union Africaine à Addis -Ababa, en Éthiopie, le Maroc procèdera au chantage, en envoyant des milliers d’enfants vers l’enclave de Ceuta, et en tentant de détourner l’opinion publique internationale sur les crimes de l’entité sioniste à l’égard du peuple palestinien dans la bande de Ghaza et dans les territoires palestiniens occupés.
Cette tentative a été dénoncée même par son principal allié la France et condamnée par l’Union Européenne par la voix de Josep Borell Haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et n’exclura   pas des conséquences fâcheuses sur le régime marocain.
Un régime qui va de mal en pis, via une guerre de succession déclenchée depuis des mois à l’intérieur du Palais, l’effet de la crise sanitaire sur l’économie marocaine dépendante des ressources du tourisme et de la drogue, les conflits avec ses voisins et enfin la normalisation avec l’entité sioniste, suite à un tweet d’un président américain sortant dont la décision pourrait tomber à l’eau dans les tout prochains jours, puisque le nouveau locataire du bureau ovale de la Maison Blanche est favorable au respect de la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU, exigeant la tenue d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui.

La normalisation avec l’entité sioniste a généré une vague d’indignation du peuple marocain , loin de cautionner la liquidation de la cause palestinienne, pour la sauvegarde d’un trône à l’agonie et sous perfusion.

Lire aussi:

https://algerie54.com/2021/03/22/terrorisme-ong/

https://algerie54.com/2021/05/20/maroc-torture/

 

PARTAGER