Le sénat réitère son refus de toute ingérence dans les affaires internes du pays

0
74
Le sénat réitère son refus de toute ingérence dans les affaires internes du pays

Le Conseil de la nation a réitéré, lundi, son refus de toute ingérence dans les affaires internes du pays, exprimant sa satisfaction quant au rythme que connaît le déroulement de la campagne électorale pour les législatives du 12 juin.

Le bureau du Conseil de la nation qui s’est réuni sous la présidence de Salah Goudjil, pour évaluer ses activités durant la période écoulée, a relevé, dans un communiqué, qu’à l’approche de tout scrutin, “des voix s’élèvent ici et là, cette fois elles émanent de représentants d’un parti en déconfiture et en perte de représentativité dans son propre pays et qui sont nostalgiques du passé colonial”. “Ces voix, a-t-il précisé, essaient d’investir, en utilisant la situation interne de notre pays sous couvert de la défense des droits de l’homme et des libertés individuelles et collectivités, dans une politique qui reflète une bassesse et une faillite politique et morale”.

A cet effet, le bureau du Conseil de la nation a dénoncé et rejeté “toute ingérence dans les affaires internes du pays de quelque partie qu’elle soit et rappelle le fait que les affaires internes du pays restent et demeurent ses affaires internes, quels que soient les prismes empreints d’humanisme et les expressions de compassion et de sympathie qui caractérisent les discours des comploteurs”.

Il a invité, dans ce sens, “ces parties à plus de retenue et à ne pas s’ingérer dans les questions qui ne les concernent pas”, faisant remarquer que “ces mêmes parties qui font les ignorants quand il s’agit de ce qui se passe dans leurs pays ou les pays avec lesquels ils entretiennent des relations d’intérêt, deviennent les chantres de la démocratie quand il s’agit de mettre fin à la colonisation en Palestine et au Sahara Occidental pour soutenir et défendre les agresseurs”.

Dans le même cadre, le bureau du Conseil de la nation a exprimé “sa satisfaction quant au rythme que connaît le déroulement de la campagne électorale pour les législatives du 12 juin prochain qui a atteint son 12ème jour”.

“Une campagne qui se tient, a-t-il dit, dans un climat empreint de sérénité, de démocratie et d’expression libre et responsable”, rappelant que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a garanti leur intégrité et leur transparence.

Le Conseil de la nation a tenu, à ce propos, à rendre un “vibrant hommage” à l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) pour le rôle dont elle s’acquitte “de manière idoine en matière d’encadrement de la campagne électorale en veillant à garantir le climat propice au succès de cet évènement”. Ce climat, a-t-il dit, “reflétera la participation large et massive des citoyennes et des citoyens qui exerceront le 12 juin prochain leur devoir électoral afin de choisir ceux qui les représenteront et défendent l’intérêt du pays et les intérêts de leurs mandants”.

Évoquant par ailleurs, les relations algéro-libyennes, et conformément aux instructions du président de la République, le bureau du Conseil de la nation a tenu à “saluer les résultantes auxquelles a abouti le forum économique algéro-libyen ainsi que les démarches engagées par les autorités algériennes et qui sont à même de permettre une exploitation optimale des opportunités de coopération entre les deux pays frères qui sont liés par un passé militant durant la guerre de libération et le soutien apporté par les frères libyens à leurs frères algériens”.

“Il s’agit, entre autres mesures, de celle relative à l’ouverture de passages frontaliers terrestres et aériens entre l’Algérie et la Libye”, a-t-il rappelé.

A noter que bureau du Conseil de la nation a consacré sa réunion à l’évaluation notamment de ce qui a trait à la diplomatie parlementaire ainsi qu’à l’examen de la question relative au renouvellement des structures internes du Conseil au titre de l’exercice 2021.