Sahara occidental: le Maroc devrait revenir à une solution conforme au droit international

0
115
Sahara occidental: le Maroc devrait revenir à une solution conforme au droit international

Le Maroc devrait revenir rapidement à une solution acceptable conforme au droit international concernant la question du Sahara occidental, a assuré, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune dans une interview accordée à l’hebdomadaire français Le Point.

“Certains croient qu’avec l’ouverture de consulats (à Laâyoune et à Dakhla), le dossier du Sahara occidental est clos, mais ils se trompent. Le Maroc devrait revenir rapidement à une solution acceptable conforme au droit international”, a-t-il soutenu. Il a également estimé que la reconnaissance par l’ancien président américain de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidentale “ne veut rien dire”.

“On ne peut pas revenir verbalement sur tout ce qui a été fait par Washington pour faire plaisir au roi”, a-t-il ajouté.

La proclamation faite par Donald Trump, le 10 décembre, contredit les nombreuses résolutions adoptées par l’Organisation des Nations unies garantissant au peuple sahraoui son droit à l’autodétermination.

“Comment peut-on penser offrir à un monarque un territoire entier avec toute sa population? Où est le respect des peuples?” s’est-il interrogé.

“Pourquoi les Marocains refusent-ils l’autodétermination? parce qu’ils ont procédé à un changement ethnique (changement de la composante démographique) qui a ses conséquences: les Sahraouis à l’intérieur du Sahara occidental sont aujourd’hui minoritaires par rapport aux Marocains qui s’y sont installés. En cas de vote pour l’autodétermination, les Marocains installés sur le territoire sahraoui vont voter pour l’indépendance parce qu’ils ne voudront plus être les sujets du roi. Il est paradoxal d’avoir une majorité marocaine et de refuser le vote d’autodétermination”, constate-t-il.

Interrogé au sujet des conséquences des tensions qui pèsent sur les relations entre l’Algérie et le Maroc, le président a expliqué que “dans cette relation, le rôle honorable revient à l’Algérie . La rupture avec le Maroc-et je parle de la monarchie, pas du peuple, que nous estimons-remonte à tellement longtemps qu’elle s’est banalisée”.

“Le Maroc a toujours été l’agresseur. Nous n’agressons jamais notre voisin. Nous riposterons si nous sommes attaqués Mais, je doute que le Maroc s’y essaie, les rapports de force étant ce qu’ils sont”, a-t-il affirmé.

Le Président dira, en outre, que les frontières entre les deux pays resteront fermées. “On ne peut pas ouvrir les frontières avec un vis-à-vis qui vous agresse quotidiennement”, a-t-il dit.

PARTAGER