La Déclaration d‘Alger

0
72
La Déclaration d‘Alger

Par Docteur Abdel.Boudemagh

L‘acte fondateur de la colonisation de l‘Afrique et de son dépeçage pour aboutir à son partage au profit des puissances colonisatrices a eu lieu à Berlin en 1885. 

A la table du festin prenaient place l‘Angleterre, la France, l‘Allemagne, la Belgique, le Portugal et l‘Italie. L‘Afrique du Nord chasse gardée de la France n’était pas au menu.

Ensuite vint le tour du Proche-Orient entre novembre 1915 et mars 1916 avec au menu le dépeçage de l’Empire ottoman avec les accords Sykes-Picot l’Angleterre et la France, en tant que puissances colonisatrices, se taillant la part du lion.

Ces accords Sykes-Picot ont été tenus secrets pour être annoncés publiquement et ce n’est pas un hasard trois semaines plus tard après la déclaration d’Arthur Balfour du 2 novembre 1917 pour la création de l’État d’Israël sur les terres de la Palestine.

Aujourd’hui ces mêmes pays, anciennement puissances colonisatrices, se retrouvent alliées à d’autres nations et états européens dans un acte fondateur d’unification de l‘Europe de l‘Ouest : l‘Union Européenne.

Les Nations fondatrices de l’Union Européenne et anciennes puissances coloniales sont aujourd’hui confrontées à un effet Boomerang avec l’immigration massive venant des pays colonisés en Afrique et les conséquences du « hold up » de la Palestine par la déclaration de Balfour en 1917 privant un Peuple de son destin en lui imposant une autre colonisation ségrégationniste et inhumaine basée sur un concept élitiste et dangereux pour toute l’humanité: le sionisme.

L’avenir appartient aux peuples qui  luttent pour leur liberté et leur identité quel qu’en soit le prix . Cette liberté chèrement acquise nous la devons en grande partie à nos martyrs mais aussi à l’unité du peuple Algérien humilié, meurtri mais toujours debout et fier.

Aujourd’hui j‘en appelle à un autre acte fondateur des anciennes puissances colonisatrices ci-dessus nommées, celui de la reconnaissance solennelle des crimes coloniaux perpétrés en Afrique afin que s‘installe réellement cette mémoire apaisée tant attendue et nécessaire pour qu‘une nouvelle ère d’amitiés entre les peuples puisse enfin voir le jour.

Ma proposition est la tenue d‘une conférence à Alger regroupant tous les anciens pays colonisés et les anciens pays colonisateurs représentés par leurs chefs d‘État ou gouvernants pour une proclamation solennelle de la reconnaissance des crimes coloniaux, scellée ensuite par un acte d’amitié entre les peuples qui portera le nom de „ Déclaration d‘Alger“