Jeune Afrique, la désinformation au service de la Françafrique

0
66
Jeune Afrique, la désinformation au service de la Françafrique

La sortie médiatique du média français pro-Makhzen ; Jeune Afrique, au sujet d’une prétendue visite »secrète » en France ,du Chef d’état-major de l’ANP, Said Chanegriha, s’inscrit dans le registre de la désinformation systématique des médias inféodés aux lobbys pro-marocains et leurs alliés des officines sionistes et néocolonialistes hostiles à l’Algérie.
Cette sortie mensongère, intervient au lendemain de l’expulsion de sa consœur, la chaîne propagandiste et subversive e France24, et des ragots du Makhzen autour des manœuvres militaires marocano-américaines.

Des manœuvres qui nous livrent des images humiliantes de l’armée marocaine, jouant plutôt le rôle d’une armée auxiliaire et de supplétifs à l’armée américaine et de ses alliés. Des images de militaires marocains des FAR, manquant d’équipements vestimentaires, suscitant l’aumône des américains qui accordèrent des dons de vêtements et des chaussures aux marocains, salués par le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita.
Le Maroc, par la voix de son média fantoche Jeune Afrique, n’a pas digéré les derniers exercices de l’ANP effectués au niveau des 2 et 3 Régions Militaires, portant les noms « Raad 2021 » et «Al-Hasm 2021», et qui montré une armée professionnelle, dotée de moyens humains et matériels pour relever les défis géostratégiques de la sécurité et la souveraineté.

L’impact de l’échec de la France au Mali et en Libye

Le passage à des articles mensongers et de désinformation chez les médias de la Mainstream, au service de l’Establishment français et leurs larbins, résume bien le degré volumineux de l’échec de leurs stratégies menées au Mali et en Libye. Pour ce qui est du Mali, la France par le biais de son président avait annoncé le 10 juin dernier la fin de l’opération Barkhane, et sa transformation en une opération « européanisée » portant le nom « Takuba » et qui a peu de chance d’aboutir, d’où cette obstination mensongère à faire croire aux algériens que l’armée algérienne ANP, est prête à faire le « sale boulot » au profit de la France néocoloniale et sa politique Françafrique. Jeune Afrique, au même titre que France24, et leurs employeurs néocolonialistes n’arrivent pas à digérer que l’ANP, digne héritière de l’ALN, est devenue une armée professionnelle, organiquement liée à la souveraineté de l’Algérie et à l’unité de son peuple.

L’amendement de la Constitution du premier novembre 2020, puis les élections législatives du 12 juin, viennent assoir la légitimité populaire, en renforçant la voie constitutionnelle, en rejetant totalement la voie de la transition revendiquée par les employés des officines étrangères, dont les agendas se résument à affaiblir l’Algérie, à défaut d’anéantir son existence au profit des entités créées de toute pièce par l’ancien colonisateur et ses alliés du sionisme et de l’impérialisme.
Pour ce qui est de la Libye, il faut bien souligner, que la solution préconisée par l’Algérie a de fortes chances d’aboutir, conformément aux résolutions onusiennes et de la dernière conférence internationale de Berlin. Les visites successives des principaux acteurs libyens et leur souhait de voir l’Algérie jouer un rôle prépondérant dans la crise libyenne, en rapprochant les points de vue des parties en conflit, loin de l’ingérence étrangère, ont dérangé Paris, et surtout Rabat, dont les accords de Skhirat, deviennent caducs.

La prochaine rencontre inter-libyenne prévue à Berlin, en présence de l’Algérie devra dessiner les contours d’une solution politique, ouvrant la voie à la stabilité dans un pays frère et voisin. Ceci dit le rôle de premier ordre de l’Algérie sur les dossiers libyen et malien, (concrétisation de l’accord d’Alger) dérange plus d’un et mettra à nu ceux qui maintiendraient le terrorisme en vie dans la région du Sahel via le paiement des rançons aux groupes terroristes, en violation de la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU, dont l’artisan était l’Algérie.
Les accointances avec les groupes terroristes ne sont plus à démontrer, sinon comment expliquer que France24 ait réussi à interviewer l’Emir de l’AQMI, Abou Obeida El Annabi successeur de Abdelmalek Droukdel, dont la tête est mise à prix par les américains, sachant qu’Abou Obeida El Annabi est lié aux activités terroristes de Rachad et Larbi Zitout, qui ont infiltré le Hirak dans le souhait de reproduire le chaos des années 90

https://www.france24.com/fr/20190530-abou-obeida-youssef-al-annabi-chef-jihadiste-aqmi-ei-terrorisme-france-petronin-algerie.

Jeune Afrique et son hostilité à l’égard des causes justes

Le média pro-makhzen, s’était déjà illustré, en s’attaquant à l’Algérie, il y a quelques semaines au sujet du dossier du Sahara Occidental, suscitant une mise au point de la part de l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud. Le diplomate algérien soulignait que “le soutien constant de l’Algérie aux peuples sous le joug de l’occupation et leur droit à l’autodétermination, en particulier pour les causes justes palestinienne et sahraouie, trouve sa source dans le cheminement historique marqué par le recouvrement de l’indépendance après une longue et glorieuse guerre de libération nationale ayant permis au peuple algérien d’exercer son droit à l’autodétermination”. ”.

Et d’ajouter: “Nonobstant la ligne éditoriale de votre magazine, connue de tous pour, être défavorable au processus de décolonisation du territoire non-autonome du Sahara occidental et à l’exercice du peuple sahraoui de son droit à l’autodétermination, tel que prévu par les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et celles de l’Assemblée générale des Nations unies, les exigences de la profession de l’information commandent l’objectivité et la rigueur quant à l’utilisation de supports, notamment les cartes géographiques qui doivent refléter les frontières internationalement reconnues”.

Jeune Afrique profite de la “générosité” du Makhzen

Le média pro marocain Jeune Afrique, demeure au service du Makhzen, comme l’indique le contrat signé par la société éditrice du Jeune Afrique avec le ministère marocain de l’Intérieur pour un montant de 700 mille euros (voir https://i0.wp.com/maroc-leaks.com/wp-content/uploads/2021/01/Facture-jeune-afrique.png?w=633&ssl=1&fbclid=IwAR1Ta_-M5YYLF14APWdxNqSJM_jpZZyTjU-Ndyzh1eOChSpfHeFRRPFLcEg)

Lire aussi: https://algerie54.dz/2021/02/09/medias-hirak-12/

PARTAGER